Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / Un territoire de création

Un territoire de création

Cette saison encore, de nombreux artistes seront accueillis en résidence de création dans les salles saint-quentinoises. Petit tour d’horizon. 
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
thumbnail.jpeg

Les salles de spectacle ne sont pas que des lieux de représentations. Toute l’année, des artistes y viennent pour travailler, chercher, répéter ou mettre la dernière main à leur création. 
Des spectacles qui naissent sur l’agglomération et qui poursuivent ensuite leur route en tournée, à Paris, en province ou à travers le monde. Cinq spectacles seront ainsi créés à la Scène nationale la saison prochaine.

Dans tous les genres

Danse, théâtre, ciné-spectacle ou opéra, les créateurs officieront dans tous les domaines au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines.
Danse avec la chorégraphe Kaori Ito qui présentera le mercredi 14 octobre Je danse parce que je me méfie des mots, avec son père sculpteur. Opéra-conte avec Judith Vindevogel qui fera découvrir les 18 et 21 novembre Fidélio, l’unique opéra de Beethoven, aux plus petits. Ciné-spectacle avec les bricoleurs de génie de La Cordonnerie (déjà  accueillis l’an passé pour une intégrale de leurs spectacles) qui revisiteront Blanche Neige les 11 et 19 décembre en la transposant au moment de la chute du mur de Berlin.

Schönberg et les marionnettes japonaises

Les 6 et 9 janvier, Véronique Samakh fera le pari de présenter une pièce théâtrale, Le Voyage de Cornelius, d’après l’Atlas des géographes d’Orbae, de François Place.
Et il y aura même du théâtre musical de marionnettes japonaises en janvier, avec l’ensemble Musica Nigella qui adaptera  Pierrot lunaire de Schönberg.

Partager avec les habitants

Chaque saison, Le Prisme invite des artistes en résidence à partager leur travail avec des saint-quentinois à l’occasion de répétitions, d’ateliers, ou de créations collectives : Fouad Boussouf, Iffra Dia, Olivia Grandville ou encore Aurore Voilqué, ils seront dix cette année, à venir créer dans les murs de la salle saint-quentinoise. 
Des artistes impliqués dans la vie saint-quentinoise et qui montent volontiers des projets avec les habitants. On signalera par exemple, en danse, le projet Back to Africa d’Iffra Dia, qui travaillera sur deux ans à partir d’une œuvre du répertoire des Black Blanc Beur
Olivia Grandville, quant à elle, montera avec des Saint-Quentinois volontaires, Foules : une performance pour 100 danseurs. Tandis que Fouad Boussouf donnera naissance à Transez-vous. : une création chorégraphique pour 30 danseurs et danseuses à partir de 12 ans.

À l’école aussi

Notables également, les actions et les performances menées au sein de l’école par Claire Jenny, en résidence aux Petits prés, à Élancourt. Le metteur en scène Pierre Notte, de son côté, montera une pièce qui sera présentée au Prisme en fin d’année scolaire avec une centaine de lycéens et de collégiens.

Défendre le théâtre contemporain…

Mais les résidences permettent également aux artistes de se poser dans un lieu et de se projeter dans la durée pour prendre le temps de créer. La Ferme de Bel-Ebat, qui présentera 21 créations cette année, défend ainsi le théâtre contemporain et accueille simultanément quatre metteurs en scène en résidence pour une durée de trois ans. Des artistes qui s’impliquent sur le territoire à travers des ateliers avec les scolaires et les maisons de quartier, et dont les créations seront également programmées cette année.
Aurélie van Den Daele présentera Angels in America, de Tony Kushner,  le samedi 7 novembre. Anthony Magnier, proposera un Fil à la patte  de Feydeau,  le 26 janvier et Othello, de Shakespeare,  le 15 mars. Godefroy Segal  revient quant à lui avec un nouveau spectacle
Le Pays où l’on n’arrive jamais, d’après André Dhôtel, les 9 et 21 mars.
La conteuse Praline Gay-Para, enfin, créera Lisières  le samedi14 novembre, ainsi qu’une nouvelle version de ses Contes Turbulents le samedi 11 juin.

… Mais aussi l’art Lyrique et la danse

La Ferme accueillera également cette année trois artistes en résidence plus « classiques » : la chanteuse lyrique Hestia Tristani, la danseuse spécialisée dans le  « jeune public » Aurélie Morin, et le metteur en scène Pascal Antonini.
Vous les retrouverez respectivement dans Trois fois rien les 18 et 21 novembre, Le Cantique des oiseaux  les 20 et 23 janvier, et Monsieur Blanchette et le loup  les 18 et 21 mai.

Nicolas Gervais


Vos commentaires