Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / Thomas Fersen : seul en textes et en chansons

Thomas Fersen : seul en textes et en chansons

Nouveau spectacle ! Seul en scène, Thomas Fersen associe à des textes inédits, sortes de petits sketchs, des chansons de son répertoire.  
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
Visuel Thomas Fersen

Thomas Fersen, sa voix éraillée, ses textes ciselés, à la fois drôles et atypiques, ses personnages toujours attachants, et son univers si singulier. Thomas et sa paternité. Celle de la nouvelle chanson française. Avant la suivante qui sera encore plus nouvelle.
L’ expression est éculée. Surannée nous dirait le Fersen. Car il choisit ses mots (il a même fait un album en alexandrins).
Et avec les Dominique A et autres Miossec, on peut dire, en tout cas, qu’il a bel et bien participé au renouveau « du genre » chanson française.

Deux tiers de chansons, un tiers de textes dits

Car Thomas Fersen est un conteur d’histoire. Un porteur d’univers.
Et sur ses épaules, c’est tout un monde qu’il transporte.
Avec un ukulélé ou accompagné par des musiciens, au piano ou avec le Ginger accident, ses spectacles ont souvent alterné chansons et petits sketchs. Des textes qui n’étaient pas encore mis en musique, ni même en chanson, et qu’il voulait tout de même partager avec le public. Parfois, il s’agissait juste d’une « aération » scénique destinée à entretenir la complicité. Peu importe.
Ces moments, ces « sketchs en vers », étaient autant de perles dans des spectacles tout aussi précieux. Et il était temps d’en faire un collier.
Au fil de cette tournée, Thomas Fersen associe donc ses mots dits à des chansons de son répertoire.
Il est seul en scène. Il chante et partage des poèmes et des textes à deux personnages. Et la magie opère. Encore et toujours. Autant l’avouer. On n’aime pas Thomas Fersen. On adore.

Nicolas Gervais

Thomas Fersen, le mardi 27 janvier à 20h30
à la salle Jacques-Brel, à Montigny-le-Bretonneux
 

 

 


Vos commentaires