Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / PRINCESS au Théâtre de SQY

PRINCESS au Théâtre de SQY

La chanteuse suisse Susanne Abbuehl et le pianiste français Stephan Oliva, accompagnés pour l’occasion d’Øyvind Hegg-Lunde, nous offrent Princess, un pur moment de musique  le 8 janvier, sur la scène du Théâtre de SQY.
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
Affcieh Princess

« Princess »

Après un long compagnonnage commencé en 2001 , Stephan Oliva retrouve en studio son partenaire de scène Susanne Abbuehl et Øyvind Hegg-Lunde, l’un des percussionnistes les plus demandés de la jeune scène norvégienne, pour un projet qui n’est pas un disque de chanteuse accompagnée, mais bien un chant à trois voix. Conçu comme un projet collectif, c’est aussi une forme d’hommage explicite à Jimmy Giuffre — peut-être le secret le mieux gardé de la révolution qui fit basculer le jazz du côté de la liberté à la fin des années cinquante.

Conçu comme un projet collectif, c’est aussi une forme d’hommage explicite à Jimmy Giuffre, peut-être le secret le mieux gardé de la révolution qui fit basculer le jazz du côté de la liberté à la fin des années cinquante. Clarinettiste, Giuffre élabora une nouvelle forme de création spontanée à la tête d’un trio sans batterie qui donna une nouvelle jeunesse aux savants procédés du contrepoint baroque.

Pianiste attentif à toutes les expressions de l’avant-garde, du répertoire classique aux musiques improvisées, compositeur de musiques pour l’image, Stephan Oliva sait créer des paysages oniriques. Son goût de l’épure, qui a récemment fait merveille dans un duo de funambules avec le clarinettiste Jean-Marc Foltz (“Gershwin”, Vision Fugitive) s’accommode aisément de la contrainte créative qui consiste ici à se passer de contrebasse.

Ces trois musiciens, soucieux d’une écoute mutuelle, explorent toutes les possibilités expressives des alliages de timbres, comme pour nous rappeler que le chant, au-delà de la voix humaine, est avant tout un instrument ; et peut-être le plus primordial.

Texte de Gilles Tordjman


Vos commentaires