Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / Place aux spectacles...pas si classiques !

Place aux spectacles...pas si classiques !

Shakespeare, Molière, Brecht… les grands auteurs seront à l’honneur la saison prochaine dans les salles saint-quentinoises. Des classiques à redécouvrir à la lumière de mises en scènes modernes et inspirées. Morceaux choisis.
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
Visuel de la pièce  La Mouette au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines

Une saison de classiques qui explorera les textes éternels avant même « les classiques » à travers, notamment, la tragédie romaine de Sénèque sur le mythe de Médée. Un texte prétexte dont s’est saisi Alain Ubaldi pour écrire et mettre en scène La Chambre de Médée qui nous narre l’histoire d’une femme dont le destin bascule quand son mari la quitte pour une autre, beaucoup plus jeune...
Un parcours tragique traité avec un humour caustique et salvateur à découvrir jeudi 3 novembre à la Ferme de Bel-Ébat,
à Guyancourt… en appartement !
Une exploration antique que la salle guyancourtoise poursuivra le vendredi 24 février avec Aurélie Van den Daele qui déconstruira les mythes anciens à la lumière du monde contemporain à travers Métamorphoses d’Ovide à Ted Hugues.

Shakespeare pour le meilleur

Saut dans le temps. Nous voici au XVIè siècle et c’est Shakespeare qui est à l’honneur. Deux pièces du maitre (ou inspirées de) seront données à voir au cours de cette saison.

  • Timon/Titus, de David Czesienski et le Collectif OS’O explorera de manière décalée le thème de  la dette à travers un pamphlet hilarant présenté le samedi 5 novembre au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Pascal Faber, quant à lui, proposera le mardi 31 janvier à la Salle Jacques-Brel, à Montigny-le-Bretonneux une mise en scène sobre et résolument moderne d’une pièce rarement montée, Le Marchand de Venise.

Brecht, Pitoiset et Torreton

Du 7 au 10 décembre,la Scène nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines sera le théâtre de retrouvailles immanquables, celles du metteur en scène Dominique Pitoiset et du comédien Philippe Torreton. Après Cyrano de Bergerac, ils conjugueront de nouveau leurs talents pour donner vie à La Résistible ascension d'Arturo Ui, de Bertolt Brecht.

La Belle danse

Autre genre et autre « classique », c’est en danse que sera revisité
La Belle au bois dormant. Et si vous avez un agenda chargé, pas d’inquiétude : au cours la saison, deux versions de ce joyau seront proposées au public dans deux salles du territoire.

  • Du 15 au 17 décembre, le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines  mettra à l’honneur la musique de Tchaïkovski dans une chorégraphie de Marius Petipa (Yacobson Ballet) et une mise en scène de Jean-Guillaume Bart.
  • C’est dans une toute autre version que Béatrice Massin, spécialiste de danse et de musique baroque, fera virevolter la Belle le jeudi 2 mars au Prisme, à Élancourt. Une relecture du conte de Perrault accompagnée par Lully et Mozart pour faire découvrir aux plus jeunes la magie de la danse baroque.

Un opéra quasi inédit

Si je vous dis Chimène ou le Cid ? «Vu, entendu, et revu !», me direz-vous. Que nenni ! La partition ici retenue par l’Arcal, est celle de Sacchini et elle donnera lieu à une véritable redécouverte car elle n’est ni éditée ni enregistrée. Une création qui réunira Julien Chauvin à la direction musicale et Sandrine Anglade à la mise en scène.
À découvrir vendredi 13 et samedi 14 janvier au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Tchekhov et Molière : de vrais comiques!

Autre événement de la saison, la Scène nationale accueillera pour la première fois Thomas Ostermeier, figure majeure du théâtre contemporain et directeur de la prestigieuse Schaubühne de Berlin.
Il s’illustrera sur les planches saint-quentinoises du 26 au 28 janvier avec La Mouette, de Tchekhov dont il révèlera les résonances contemporaines et comiques en lui insufflant une nouvelle jeunesse.
Autre célébration du jeu théâtral : Les Fourberies de Scapin présentées le mardi 28 mars au Prisme, seront l’occasion d’applaudir une grande comédie de Molière dans une mise en scène de Vincent Tavernier.
Pas de bouleversements majeurs à signaler ici, mais l’occasion de passer un bon moment en famille en appréciant un savoureux moment de théâtre. Et ça… ce n’est pas si classique !

Nicolas Gervais


Vos commentaires