Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / Mickey 3D à la Batterie - Sebolavy : L’interview !

Mickey 3D à la Batterie - Sebolavy : L’interview !

Mickey 3D sort son nouvel album, Sebolavy, le 1er avril. Il sera en concert à La Batterie, à Guyancourt le jeudi 14, avant le Trianon, à Paris, le vendredi 15. Rencontre.
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
Photo de Mickey 3D

Vous avez fait une longue pause de 7 ans pendant laquelle vous avez écrit pour d’autres. En même temps, vous travaillez sur cet album depuis 5 ans.  Vous avez rencontré des difficultés ?

Je pensais faire un disque tous les deux ans, comme d’habitude, mais
je n’étais pas satisfait de mes chansons.
Je ne voyais rien de nouveau, peut-être le manque d’inspiration... 
Donc j’ai tout mis à la poubelle et je me suis mis en retrait de moi-même en me mettant dans la peau d’autres artistes, tels que Vanessa Paradis ou Zaz, pour lesquels j’ai écrit.
Ça m’a permis de me retrouver. Et je me suis remis à écrire pour moi.

C’est un reportage qui a déclenché l’écriture de La Rose blanche

La Rose Blanche est en effet la chanson qui m’a permis de retrouver l’inspiration. Je l’ai écrite après avoir vu un reportage sur Arte à propos de ces jeunes résistants allemands qui ont lutté contre le nazisme pendant la deuxième guerre mondiale. 
Tout a découlé de ça. L’inspiration, le blanc... Ces choses-là viennent par période, finalement.
C’est très difficile, quand on écrit depuis 20 ans, de ne pas faire la même chose, de ne pas tourner en rond. Je voulais faire autre chose.
Pour cet album, j’ai travaillé pas mal ma voix, ma façon de chanter…

Musicalement aussi, vous avez voulu prendre une autre direction ?

Naturellement, je ne mets plus de grosses guitares, c’est fini. 
Mes oreilles sont fatiguées.
Je me suis déjà dit que je ferai un jour un album avec la seule même ambiance, mais j’aime trop de choses différentes.
Du coup, je pars dans tous les sens et quand j’ai 20 chansons éclectiques, je suis content. 
Cela dit, il y a tout de même une unité qui est donnée par ma voix.

Et par ce côté sombre et désabusé aussi…

Pourtant, j’essaye vraiment de faire des chansons drôles ! (rires)
Mais on me dit tout le temps qu’elles sont sombres. Alors je ne sais pas, il faudrait peut-être que je fasse du Patrick Sébastien. 
Mais effectivement, je pense que ma voix et ma manière de chanter donnent un aspect mélancolique à mes chansons.
Et quand je fais des choses drôles, c’est aussi souvent cynique, ça participe sans doute à cette impression générale.

Comment travaillez-vous ?

J’ai plein d’instruments chez moi et je travaille à la maison. 
Je dis toujours que je suis un bricoleur, un artisan. Je ne veux pas travailler avec un gros producteur car ça ne me ressemblerait pas.
Et quand j’ai bien avancé,  je finis en studio avec mes copains musiciens qui m’accompagnent sur la route.

Vous écrivez d’abord les paroles ou vous commencez par la musique ?

Ça dépend. Il y a deux styles de chansons. Celles qui partent du texte ont une thématique plus sociale ou politique. 
Et puis, il y a celles qui partent de la musique. Elles sont plus pop et elles sont en général plus légères. 
Je me mets dans la peau d’un personnage et je parle d’histoires d’amour à la con, même si c’est un peu décalé.

Propos recueillis par Nicolas Gervais

Mickey 3D : le jeudi 14 avril à 20h à La Batterie, à Guyancourt www.mickey3d.com

Vos commentaires