Sortir à
Saint-Quentin-en-Yvelines
Accueil / La nouvelle saison du Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines par son directeur

La nouvelle saison du Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines par son directeur

Lionel Massetat, directeur de la scène nationale, nous présente sa nouvelle programmation pour la saison 2016-2017. Profitez-en pour réserver vos abonnements et vos places dès maintenant !
Le Drag & Drop d'image n'est pas pris en charge par votre navigateur, mais vous pouvez toujours télécharger via ce champ de saisie :
Visuel du spectacle Dance

C’est votre première saison ici…

Oui et je la voulais sans rupture avec la précédente afin que le nouveau projet se mette en œuvre de manière progressive.
C’est une programmation que nous avons signée à trois avec Marie Didier, l’administratrice et Magali Cabrol, la directrice de la communication, des relations avec le public et de l’action culturelle. Nous voulions une diversité des propositions artistiques afin d’être représentatifs de l’ensemble du spectacle vivant et conserver la diversité de nos publics.
Les arts numériques y occupent également une belle place.
Nous verrons, notamment, que les « nouvelles technologies » ne sont pas si nouvelles que ça avec Dance,  un spectacle de Lucinda Childs qui date de 1979.

Quelles sont les nouveautés de cette saison ?

Une des nouveautés sera la première édition des Rencontres Incité,
du 18 au 25 mars 2017. Pendant une semaine, il s’agira de traiter un sujet scientifique par différents biais : spectacle vivant, cinéma et conférences.
Notre territoire est proche du plateau de Saclay. L’idée est de mettre en avant les liens qui peuvent exister entre les sciences et les arts de la scène. De plus en plus de citoyens s’intéressent à la science et de plus en plus d’artistes s’inspirent ou abordent les questions scientifiques dans leurs travaux. 
Le thème de cette première édition sera Le Temps.

"des scientifiques de hauts niveaux et de formidables vulgarisateurs"

Deux physiciens du CEA, Etienne Klein et Roland Lehoucq, nous ont aidés respectivement à trouver l’angle d’attaque et à cerner le thème. L’enjeux étant l’accessibilité à tous des conférences, elles seront toutes animées par des scientifiques de haut niveau qui sont de formidables vulgarisateurs et qui ont le talent de nous rendre intelligents !
De la même manière, j’ai travaillé avec un programmateur de cinéma pour notre sélection de films, que nous présenterons en partenariat avec l’UGC.

Vous poursuivez votre partenariat avec le Prisme autour de la danse ?

Nous le développons, même ! Avec le Parcours danse, nous accueillerons 25 spectacles et une cinquantaine de représentations sur les deux lieux.
Du grand ballet classique (le Yacobson Ballet de Saint-Peterbourg) à
la danse contemporaine (Olivier Dubois), en passant par la danse américaine (Lucinda Childs) nous allons couvrir un spectre très large.

Vous aurez également d’autres formes de « parcours »…

Oui, ils seront destinés à mettre en avant les différentes facettes d’un même artiste.
En danse, nous accueillerons à plusieurs reprises François Chaignaud et Cecilia Bengolea. En jazz, Pierre de Bethmann, et en musique de chambre, le Quatuor Ardeo.

Quel a été le rôle des"artistes associés"?

Dans le cadre du Laboratoire des nouvelles écritures, les metteurs en scène Matthieu Roy et Cyril Teste, ont attiré notre regard sur des artistes qui utilisent les outils numériques (son et image) comme outil de création.
C’est le cas des anglais de Earfilms qui présenteront To Sleep to dream, un spectacle entièrement audio à écouter les yeux bandés, avec un système de son en 3D qui a été conçu par l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam). Ce spectacle sera traduit et joué en Français par une autre compagnie pendant la saison 17-18.
Il y a également des expériences comme Hikikomori, de Joris Mathieu,  qui sont visuellement étonnantes. Et comme les spectateurs sont casqués, trois versions audio différentes sont proposées simultanément, en fonction de l’âge des spectateurs.

Des créations ?

Nous accueillerons trois créations musicales.
Ô Brigitte, un hommage à Brigitte Fontaine  avec… elle-même et les Musiques à Ouïr.
De la musique baroque avec Chimène ou Le Cid, d’Antonio Sacchini, par l’ARCAL qui est une autre compagnie associée au théâtre.
Et la nouvelle œuvre musicale et visuelle du Cabaret contemporain.

Un mot sur votre saison de cirque ?

Nous inviterons des personnalités très différentes mais ils auront tous un point commun : ce sont des artistes qui inventent de nouveaux agrès ou qui détournent les agrès traditionnels.
Entre performances, prises de risques, défis physiques et poésie, cette saison s’adressera à toute la famille.
Deux exemples : Le Vide est un spectacle à la corde lisse qui donne le vertige, avec un artiste qui évolue à 15 m du sol et qui passera quatre jours à faire des repérages dans le théâtre avant d’installer son équipement. Dans Celui qui tombe, six interprètes évoluent  sur une plateforme de bois suspendue au-dessus du vide.

Vous aurez aussi quelques têtes d’affiches…

Natalie Dessay viendra nous voir en tant que comédienne (Und), Philippe Torreton s’illustrera dans La Résistible ascension d’Arturio Ui, de Brecht, et l’immense metteur en scène allemand Thomas Ostermeier nous présentera son extraordinaire savoir-faire avec avec La Mouette.

On termine en chanson ?

Nous nous sommes amusés à programmer trois générations de chanteurs. Il y aura Brigitte Fontaine, donc, mais également Emily Loizeau qui viendra avec un hommage à Lou Reed et, pour les plus jeunes, Feu ! Chatterton sera également de la partie.

Propos recueillis par Nicolas Gervais
 

Réservez dès maintenant vos abonnements et vos places
Programme complet à découvrir ici

Vos commentaires